24/06/2003

Théo, c’est finiiiiiiiiiiiiiii

Ben voilà, entre Théo et moi, c’est terminé ! Une fin un peu décevante sur fond d’oracle et de pythie. On se serait cru dans Matrix.

Direction le meilleur bouquiniste de la ville, j’ai nommé ‘Evasions 2’ (rue du midi 147 à 1000 Bruxelles). Comme d’habitude, j’y trouve mon bonheur pour 3 x rien. J’aime bien l’idée que ce sont les livres qui nous choisissent et pas l’inverse.

Mon regard est attiré par une couverture noir et blanc. On y voit un homme désarticulé et ensanglanté. Cet homme... c’est Patrick Chauvel, l’un des plus grands photo-journalistes français. Il vient d’être blessé par un tir de mortier au Cambodge. Un titre, en rouge vif, se détache : ‘Rapporteur de guerre’. J’achète !

Quelle personnalité fascinante ! Depuis trente ans, Patrick Chauvel photographie les plus importants conflits internationaux : la guerre des Six Jours, le Viêtnam, le Cambodge, l’Irlande, le Liban, Panama, l’Afghanistan, le Tchétchénie, etc.

Qu’est ce que j’aimerais avoir un peu de sa témérité, de son insouciance, de son insolence face au danger, de son humour décapant en toutes circonstances.

Et bien non... Moi, j’ai peur de tout, tout le temps : des insectes volants, du dentiste, du noir, du vide, des bouchons de champagne, des pêtards, des feux d’artifice, des requins, de l’inconnu, de la souffrance, etc.

Et Michael d’ajouter : ‘Mais Julie, de quoi n’as-tu donc pas peur ?’. Bonne question ...


09:19 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.