26/06/2003

Coup de coeur

En tant que leader du projet, je me dois de checker quotidiennement les skynetblogs. Quelle conscience professionnelle cette juju tout de même.

Et sur quoi je tombe ? Sur une MERVEILLE : une plume acide comme je les aime. Rien que pour ça, je suis heureuse que les blogs
existent : http://journal.skynetblogs.be !

Un blog tout ce qu'il y a de plus 'classique', du moins graphiquement. Pourquoi ai-je commencé à lire ? Aucune idée ? Sixième
sens peut-être ? Intuition féminine ? Peu importe... Tout ce qui compte alors est la satisfaction que me procurent ces délicieuses chroniques.

J'y retrouve le ton sarcastique de 'L'amour dure trois ans' de Beigbeder... l'humour grinçant des 'Chroniques de San Fransisco' de
Maupin... la perversité et l'atmosphère glauque d'un 'American psycho'.  Impossible de m'arrêter... Cette lecture est tout simplement savoureuse.
 
Longue vie aux Chroniques du Plat Quotidien ;-)


11:51 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2003

Parce que la vie est faite de petits bonheurs...

Journée moyennement bonne qui aurait pu se terminer sans éclat. Bon, c’est vrai, il y a les ‘Carnets du bourlingueur’ à 20.15... mais j’ai toutefois envie d’un petit extra de bonheur.

Comme tous les soirs, j’ouvre ma boîte aux lettres, prête à y trouver factures, publicités et autres contrariétés. Et bien non. ELLE est là... ELLE est enfin arrivée. J’ose à peine le croire. Le cachet, la signature, l’en-tête... tout y est. ELLE est parfaite : Chère Madame, nous vous informons que le livre que vous avez commandé est disponible à l’accueil librairie de notre magasin.

Six semaines... SIX... que j’attends une lettre de la Fnac m’annonçant la livraison DU livre. Et quel livre : ‘Les Routes de la foi’ de Jame Balhi (Cherche-Midi Editeur).

Alors lui... Je l’adore... Je l’admire... Je l’I-DO-LA-TRE. A travers ses yeux, j’ai parcouru au pas de course la route panaméricaine. Au total 24.000 kilomètres en un an et demi, de l’Alaska à Ushuaia (‘Au coeur des Amériques’ - Presses de la Renaissance). Et, fait étrange, une fois le livre terminé... son auteur m’a manqué.

Aujourd’hui, j’ai l’impression étrange de retrouver un vieux copain. Et dire que vendredi, je repars pour 18.450 kilomètres de bonheur. La vie n’est-elle pas merveilleuse :-)

A 39 ans, Jamel Balhi a traversé en courant plus de 150 pays, soit environ 280 000 km, voyages placés sous l'égide de l'UNESCO. Photographe professionnel à l'agence Sygma, il est aussi écrivain et reporter. Lauréat de la dotation Grands Reportages, il est l'auteur de plusieurs ouvrages.


09:39 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/06/2003

Théo, c’est finiiiiiiiiiiiiiii

Ben voilà, entre Théo et moi, c’est terminé ! Une fin un peu décevante sur fond d’oracle et de pythie. On se serait cru dans Matrix.

Direction le meilleur bouquiniste de la ville, j’ai nommé ‘Evasions 2’ (rue du midi 147 à 1000 Bruxelles). Comme d’habitude, j’y trouve mon bonheur pour 3 x rien. J’aime bien l’idée que ce sont les livres qui nous choisissent et pas l’inverse.

Mon regard est attiré par une couverture noir et blanc. On y voit un homme désarticulé et ensanglanté. Cet homme... c’est Patrick Chauvel, l’un des plus grands photo-journalistes français. Il vient d’être blessé par un tir de mortier au Cambodge. Un titre, en rouge vif, se détache : ‘Rapporteur de guerre’. J’achète !

Quelle personnalité fascinante ! Depuis trente ans, Patrick Chauvel photographie les plus importants conflits internationaux : la guerre des Six Jours, le Viêtnam, le Cambodge, l’Irlande, le Liban, Panama, l’Afghanistan, le Tchétchénie, etc.

Qu’est ce que j’aimerais avoir un peu de sa témérité, de son insouciance, de son insolence face au danger, de son humour décapant en toutes circonstances.

Et bien non... Moi, j’ai peur de tout, tout le temps : des insectes volants, du dentiste, du noir, du vide, des bouchons de champagne, des pêtards, des feux d’artifice, des requins, de l’inconnu, de la souffrance, etc.

Et Michael d’ajouter : ‘Mais Julie, de quoi n’as-tu donc pas peur ?’. Bonne question ...


09:19 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/06/2003

Le génie ne se démode jamais...

A l’affiche de l’UGC : ‘Les Temps modernes’ de Charlie Chaplin ou ‘Charlot contre la société de consommation’. Une satire savoureuse du machinisme industriel qui renforcera sa réputation de cinéaste de gauche.

Ce film a une place particulière dans l’oeuvre de Chaplin. Malgré l’avènement du ‘parlant’ en 1928, celui-ci décide de s’accrocher au ‘muet’. Une liberté artistique rendue possible par le fait qu’il est son propre producteur. Sa motivation ? Il sait que ‘le jour où il fait parler Charlot, il le tue’.

‘Les Temps modernes’ (1936), film sonore noir et blanc, brille donc par l’absence de dialogues. Comble de l’arrogance, le dernier quart d’heure est un pied de nez au ‘parlant’ qui envahissait alors les écrans. Charlot, muet durant tout le film, y improvise une chanson... dans un langage inintelligible fait d’une suite de syllabes dénuées de sens.

‘Les Temps modernes’ a donné une voix à son personnage. ’Le Grand dictateur’ lui donnera la parole en 1941 et mettra fin au cycle Charlot.

Quelle excellente idée de resortir ces deux films sur grand écran. Le plus étonnant c’est que, plus d’un demi siècle après leur première projection, ils n’ont pas pris une ride. La salle est hilare, du début à la fin. Hilare mais également émue devant la lucidité d’un film comme Le ‘Grand Dictateur’, perçu par beaucoup comme le témoignage d’un visionnaire.

On dit que ‘le génie ne se démode jamais’... J’en ai eu la preuve ce week-end. Merci l’UGC !


10:59 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2003

Merci Théo, je ne vais pas mourir idiote...

« Nasra, parlez donc à Théo des prescriptions coraniques sur les femmes. Elles font tant de bruit ! (...) Si l’on regarde de près, répondit Nasra, le Coran est plutôt raisonnable. Les femmes doivent être vertueuses, bonnes épouses, bonnes mères, mener une vie décente, ramener leur voile sur leurs seins et ne se dévoiler qu’en famille. Je ne vois là rien de scandaleux (...) Mais les musulmans n’ont ni pape ni patriarche pour décider de l’application du Coran. La communauté des croyants, en arabe l’Umma, n’a pas de chef infaillible. Alors depuis des siècles, les savants musulmans ont ajouté leur commentaires : les femmes doivent se voiler la poitrine, mais également la tête et le visage. Tu trouves cela en petite note dans certaines traductions du Coran. Mais, dans le livre lui-même, rien de tel. »

Le Voyage de Théo, C. Clément, Points, pages 486 et 487.


10:02 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/06/2003

En parlant d’yeux justement...

Coup de blues ! L’Inde s’éloigne... Encore ‘quatre mois dormir’. Je laisse de côté ‘Le Voyage de Théo’, l’Inde, le Bouddhisme et tout le touin-touin.

Se divertir ? Excellente idée. Rien de tel qu’un bon film, effrayant de préférence : ‘The Little Eye’. Pour remporter un million de dollars, cinq jeunes participent à un reality-show on line et doivent passer six mois dans une maison sinistre, au milieu de nulle part.

J’avais dit effrayant... pas GORE ! Soit, un bon film tout de même... rappelant à la fois ‘Blair Witch Project’, ‘Shining’ et ‘Tesis’. Une histoire de ‘web-réalité’ qui dérape. Une descente aux enfers retransmise via webcams et caméras de surveillance (l’infra-rouge, une horreur -souvenez-vous des dix dernières minutes du ‘Silence des Agneaux’).

Au programme : torture psychologique, isolement poussé à l’extrême, violence intellectuelle et physique. Pourquoi la ‘prod’ agit-elle de la sorte ? Ne va-t-elle pas trop loin ? Et puis, c’est quoi cette boîte de production ‘La Compagnie’ ? Pas de pub sur le Net pour un reality-show... étrange, non ? On espère une fin type ‘caméra cachée - c’est une blague - on arrête tout’. Et bien non ! On arrête tout, mais c’est pas drôle...

Comme d’hab’, j’ai CREVE de peur ! Avantage de l’opération : terminé le coup de blues. Désavantage : deux semaines de cauchemards non-stop et cris d’hystérie à gogo (collègues masculins assez sadiques que pour venir me surprendre sournoisement par derrière, en plein travail).

Bon, je m’en retourne à mes lectures, c’est moins éprouvant.


08:59 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2003

Bouddha is watching you

J’aime tout dans le Bouddhisme : les moines (oui, je sais, c’est mal ! A préciser tout de même : les moines bouddhistes ne prononcent pas de voeux permanents... Toujours bon à savoir :), le Bouddha, les légendes, la théorie du juste milieu, le Nirvana, la couleur pourpre, les monastères, l’absence de Dieu, la tolérance, les moulins à prières, la méditation, la musique rituelle, ...

Le principe du Bouddhisme est assez simple : « ni... ni ». La voie du bonheur, de la paix et de l’harmonie ne se trouve ni dans le luxe ni dans l’austérité absolue. Le tout est de trouver le juste milieu de toutes choses.

J’ai par contre un peu plus de mal avec les quatre nobles vérités. Si j’ai bien compris : Tout est souffrance (1) et cette souffrance est causée par le désir et les actes  égocentriques & égoïstes (2). Le Bouddhisme aide les hommes à supprimer cette souffrance en mettant l’accent sur la pratique du bien, la compassion, le détachement et la rectitude morale (3 & 4). Le chemin enseigné par Bouddha pour mettre un terme à la souffrance comporte huit embranchements : croyances, volonté, paroles, action, façon de vivre, effort, pensée et méditations. Une fois qu’il n’y a plus de souffrance, le karma prend fin. C’est ce que les Bouddhistes appellent le Nirvana, la libération du cycle des réincarnations.

La voie du juste milieu... Hum, un but à atteindre pour l’excessive que je suis. Pas vrai Pat :)

 

08:24 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/06/2003

Déception, vous avez dit déception ?

J’y étais presque... et puis, bingo... tout tombe à l’eau (et pas celle du Gange malheureusement). Il y a bien encore un petit espoir, mais bon, on verra.

En attendant d’être fixée, je me replonge dans « Le Voyage de Théo ». Théo visite Sarnath près de Bénarès. C’est là que, il y a 2500 ans, le prince Sidharta Gautama Sakyamuni (devenu le Bouddha) prêcha son premier sermon et exposa les fondements du Bouddhisme : les quatre nobles vérités et la voie sacrée à huit embranchements. Sarnath est aujourd’hui l’un des principaux lieux de pélérinage bouddhiste. Et dire que, si tout s’arrange, j’y mettrai les pieds plus tôt que prévu !

« Bouddha a fait à l’Hindouisme ce que Jésus a fait à la religion juive. Il l’a étendu à tous ». Et oui car, contrairement à l’Hindouisme qui n’accepte pas les conversions (on naît Hindou !), le Bouddhisme est ouvert à tout le monde. Et dans le Bouddhisme, pas de caste d’origine comme dans l’Hindousime... tous les hommes sont égaux entre eux. On comprend mieux maintenant les vagues de conversion au Bouddhisme (ou à l’Islam) chez les « intouchables ». Car même si le système de castes est aboli en Inde depuis 1950, il a laissé des marques profondes.

On ne change pas si facilement deux siècles et demi de tradition, aussi injuste soit-elle !


 

08:53 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/06/2003

Et si j'allais 'voir ailleurs' ???

Concert de klaxons, richshaws, vaches, détritus, odeur pestilentielle, cohue, pollution, mendiants, ... L’asphyxie est totale. Bienvenue en Inde !

 

‘Ne vas pas là... c’est dégueulasse et ça pue !’ me lance Bart. Isa, c’est tout le contraire : ‘Vas-y... C’est merveilleux !’. 

 

Il paraît qu’il n’est pas rare de croiser sur le Gange des cadavres humains flottant à la surface de l’eau : les corps de ceux qui n’ont pas assez d’argent pour acheter le bois nécessaire à la crémation... Le Taj Mahal, tout de marbre blanc incrusté de pierres précieuses, suffit-il à faire oublier de telles visions ?

 

J’ai lu une très belle phrase à propos de l’Inde : ‘L’Inde, on adore ou on déteste... mais une chose est certaine, on en revient changé’.

 

Et si c’était ça justement qui fait si peur...

 



09:49 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/06/2003

Quoi de neuf dans l'univers de Juju_the_best ?

Et bien, figurez-vous que je tourne 'mystique'.

C’est depuis ce 'satané' bouquin : 'Le Voyage de Théo' de C. Clément.
Le principe est très simple : faire le tour du monde des religions à la manière de Jostein Gaarder avec son 'Monde de Sophie'. Le héros a quatorze ans et est atteint d’une maladie incurable. Sa tante l’emmène pour un long périple qui doit lui ouvrir le coeur et l’esprit. Encore 360 pages avant de connaître 'le fin mot de l’histoire'.

Déjà +/- familiarisée au Bouddhisme, Confucianisme, Taoïsme et Shintoïsme... je découvre avec ravissement l’Islam, le Judaisme... mais surtout l’Hindouisme : Karma, Samsara, Brahmanes, Vedas, etc.
 
ON NE MEURT QUE POUR RENAITRE. Mais c’est bien sur ! A moi Vishnou, Brahma, Shiva, Ganesh, Parvati et tutti frutti.


VOIR LE GANGE ET MOURIR...


 

10:18 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/06/2003

Juju's back

J'avais pourtant décidé d'arrêter (suite aux accusations de contenu négatif et déprimant).
Mais bon... je craque... d'autant plus que les nouveaux designs sont vraiment cools.
Je repars donc à ZERO.
Blogueurs, blogueuses... Juju's back :)


 

14:34 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |