17/08/2003

DELIRIUM

- Bonjour... J'ai vu votre annonce sur le Net. Recherchez-vous encore des candidats ?
 
- Oui, bien sûr, prenez place. Que savez-vous exactement du projet MacLean ?
 
- Et bien, pas grand chose... Je sais juste que votre clinique est spécialisée en psychochirurgie et que vous recherchez des volontaires pour une étude sur la gestion des émotions.
 
- Plutôt qu'une étude... disons qu'il s'agit d'une expérimentation. Le nom de Paul MacLean vous dit-il quelque chose ?
 
- Non, pas vraiment.
 
- Laissez-moi vous expliquer. Paul MacLean est célèbre pour sa théorie du cerveau triunique. Selon lui, le cerveau serait passé à travers trois stades évolutifs. Le plus ancien, vieux de 500 millions d'années, serait le cerveau reptilien. Le plus récent serait le cerveau logique appelé également néocortex. C'est votre écorce cérébrale en quelque sorte. Vous me suivez ?
 
- Pour être honnête, je ne vois pas très bien où vous voulez en venir...
 
- OK. Ecoutez la suite. A mi-chemin dans l'évolution se trouverait un troisième cerveau appelé le cerveau mammifère. Paul MacLean donna à cet ensemble de structures cérébrales inter-reliées le nom de système limbique. On y retrouve l'amygdale, l'hippocampe, le septum et l'hypothalamus. C'est ce qu'il désigna comme étant le siège des émotions.
 
- Passionnant... mais en quoi puis-je vous être utile ?
 
- Permettez-moi de répondre à votre question par une question : comment vivez-vous vos émotions au quotidien ?
 
- Bingo ! Je suis un cas d'école. Un spécimen rare. Il m'est tout simplement impossible de gérer mes émotions. Disons que ce sont elles qui gèrent ma vie. Elles décident de tous mes faits et gestes. Ca viendrait d'un 'ego enfant' surdimensionné... ou quelque chose dans le style. Mon 'ego adulte' serait sous-développé. Quant à mon 'ego parent', il serait tout simplement inexistant.

- Intéressant ! Continuez...
 
- Que dire de plus... Mes émotions prennent constamment le dessus. Difficile dans ce cas d'analyser froidement une situation, d'émettre un jugement rationnel, d'agir en toute objectivité.

- Et vous en souffrez ?
 
- Disons que, de nos jours, il n'est pas bon de laisser libre cours à ses émotions. S'émouvoir est devenu une maladie honteuse. Même en amour, l'émotion est proscrite. Nous sommes la génération 'garde-fous'. Pour ne pas souffrir, trois règles d'or : ne jamais montrer ses sentiments - ne jamais s'attacher - ne jamais s'émouvoir. C'est le principe de la sélection naturelle : marche ou crève. Darwin avait vu juste.
 
- Comment réagiriez-vous si je vous proposais de supprimer vos émotions, définitivement ?
 
- Euh, j'ai peur de ne pas vous suivre...
 
- Et bien, la recherche a fait du chemin depuis MacLean. Nous sommes aujourd'hui capables de pratiquer une ablation des structures cérébrales à l'origine des émotions. Cette intervention chirurgicale est sans danger et n'endommage en rien les capacités cérébrales du sujet. Il n'y a aucun risque.
 
- Mais vous êtes cinglés !
 
- Calmez-vous... Pensez aux bienfaits de cette opération. Que diriez-vous de vous libérer définitivement de vos émotions ? D'être enfin objective, rationnelle, logique. LIBRE. De penser avec votre intellect plutôt qu'avec vos tripes. Que diriez-vous de rester insensible face à la mort, à la cruauté, aux traîtrises, à l'injustice, aux infidélités, ... Réfléchissez : si vous acceptez, plus rien ne vous affectera. JAMAIS.
 
- Et bien...
 
(...) (...) (...)
 
[ Nous discutâmes encore plus d'une heure. J'acceptai. C'est une fois sur la table d'opération que je me rendis compte de mon erreur. Mais il était trop tard. L'aiguille s'enfonçait déjà lentement dans mon bras gauche... ]


10:29 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.