09/09/2003

BON VENT

Yves est mort. Je l’ai appris via un message sur mon répondeur. Une voix d’outre-tombe. Il n’y a pas encore très longtemps, j’aurais détourné le regard [sans sourciller]. Lâcheté propre à ceux qui ont peur de souffrir. Aujourd’hui, j’assume et la rappelle. Elle pleure. Je dois me concentrer pour ne pas rire. Ben oui, je ris toujours quand c’est grave. Désespéré. Dans les livres, ils appellent ça un réflexe de distanciation. Dans la vraie vie, j’appelle ça une saloperie de réflexe de m... Je parviens à me contenir et lui parle. Plutôt l’écoute.

Delirium Tremens... affectation gravissime pouvant se manifester chez une personne alcoolo-dépendante. Je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à ce qu’elle aborde le sujet il y a quelques semaines. Une nuit, Yves s’est réveillé en hurlant, terrifié, tremblant, agité. Il voyait des gens, des pièges. Ce qu’elle prit au début pour une crise d’épilepsie se révéla être un delirium tremens. Une heure plus tard, il se retrouva sanglé sur un lit d’hôpital, à tracer des lignes imaginaires, le regard halluciné. Dans son coeur à elle, Yves mourut ce soir là, laissant derrière lui un fantôme, une ombre, un pantin.  

Je ne pensais pas avoir été affectée par la nouvelle. Qui était-il pour moi ? Personne. Un étranger avec lequel j’ai partagé trois semaines de ma vie. Un inconnu aux côtés duquel j’ai traversé la Chine, du nord au sud. L’Empire du milieu... Il ne l’a pas aimé. J’y serais restée éternellement. Sans ce voyage, nous aurions fait vie à part. Nos chemins ne se seraient jamais croisés. Et pourtant... Je pense constamment à lui. Son visage hante mon âme. Je revois son regard tendre, attentif, presque paternel. Son air attendri. Il m’appelait la petite... la gamine. Je l’amusais. Cet homme qui se cachait pour boire m’a appris à voir au-delà des apparences. A tolérer l’intolérable.

Nous nous étions promis de découvrir ensemble l’Amérique du Sud. Le Pérou. Cette année ou la suivante. Nous avions tout le temps. Du moins, c’est ce que nous pensions !


Bon voyage mon ami...



09:30 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.