16/03/2004

'Mars' de Fritz Zorn

‘S’il faut que je me rappelle mon enfance, je dirai tout d’abord que j’ai grandi dans le meilleur des mondes possibles. D’après cette remarque, le lecteur intelligent comprendra tout de suite que l’affaire devait forcément mal tourner.’
 
Je m’apprête à relire ‘Mars’ de Fritz Zorn. Pour la quatrième fois. En dix ans. J’ai découvert cet ouvrage par hasard. Une rencontre nécessaire, sans aucun doute.
 
‘Mars’, c’est le récit ante-mortem d’une vie. Le témoignage d’un trentenaire ‘éduqué à mort’. Sous un pseudonyme, l’auteur relate son histoire… ou plutôt celle de sa maladie, le cancer, qu’il considère comme un aboutissement logique et naturel : ‘Je suis jeune, riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul. J’ai eu une éducation bourgeoise et j’ai été sage toute ma vie. Ma famille est passablement dégénérée. Naturellement, j’ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l’on en juge d’après ce que je viens de dire’.
 
‘Mars’ est un ouvrage corrosif sur les rapports qu’entretiennent l’âme et le corps. Une analyse acerbe des névroses. Un réquisitoire vitriolé contre l’éducation bourgeoise, contre la société zurichoise conformiste et bien pensante.
 
Fritz Zorn est mort avant même la publication de son manuscrit. L’œuvre de sa vie. Il avait trente-deux ans.
 
En allemand, ’Zorn’ signifie ‘Fureur’ (...)

09:26 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.