23/03/2004

Lacanisme ?

J’aime Lacan… autant que j’aime Socrate ou Dali. J’aime Lacan pour son cynisme, son arrogance, son goût de la théâtralité et son anti-conformisme.
 
Tout a commencé par une rencontre : ‘Une Saison chez Lacan’ du journaliste Pierre Rey. J’ai toujours défendu l’idée que ce sont les livres qui nous choisissent, et pas l’inverse !
 
A propos des psychanalystes, Pierre Rey écrit : ‘Ils sont à la douleur psychique ce que la morphine est à la douleur physique. Tant qu’elle ne s’endort pas, on est accro’. Son analyse durera dix ans.
 
Dans ce cas précis, le (son) psychanalyste, c’est Jacques Lacan. Celui qu’on surnomme à l’époque ‘Le charLacan’. Celui à qui on reproche d’être mondain, de pratiquer des honoraires exorbitants et de réduire les séances à l’extrême (jusqu’à inventer la ‘contre-séance’).
 
J’aime aussi Lacan pour son audace. Ne fût-il pas, dans les années 60, le seul à oser recevoir sur son divan les suicidaires ? Rien que pour cela, il m’est sympathique. Et puis… et puis il y a ‘L’Origine du monde’ de Gustave Courbet, scandaleux tableau qu’il acheta en 1955 et exposa dans sa maison de campagne de Guiltrancourt.
 
Car Lacan était riche. Très riche. Richissime même : patrimoine, or, argent liquide, collections de livres rares, objets d’art, tableaux, ... Et il en était fier. Très fier. D’où sa réputation de personnage le plus ‘tape-à-l’œil’ de toute l’histoire de la psychanalyse.
 
Outre Pierre Rey, de nombreuses célébrités défilèrent au 5 rue de Lille. Parmi elles, Françoise Giroud qui écrivit à propos du ‘Maître Lacan’ : ‘Grâce à lui, j’ai pris conscience  que je marchais le pied droit dans ma chaussure gauche et le pied gauche dans ma chaussure droite’.
 
Lacan, que certains qualifièrent maladroitement de ‘Freud français’, mourut à Paris le 10 septembre 1981. J’avais huit ans. C’est bien plus tard que j’appris à l’aimer… tout comme j’apprendrai à aimer Socrate ou Dali (…)

09:09 Écrit par julie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.